1. RSE

  2. Nos engagements

  3. La planète

La Planète : favoriser la transition énergétique

...et réduire notre impact environnemental. Le Groupe considère qu’il a une responsabilité et un rôle à jouer en matière de lutte contre le changement climatique et la pollution, la protection de l’environnement et la préservation des ressources.

Les énergies alternatives

Butagaz est devenu un groupe multi-énergies favorisant des approvisionnements biosourcés pour son activité traditionnelle autour du gaz : biopropane pour toutes les typologies d’utilisateurs, biométhane pour les professionnels.

" Quand on nous propose une énergie bio qui, en termes de coûts, reste accessible, on a vite réfléchi"

Témoignage de Nicolas Arnaud, dirigeant de la conserverie du Manoire et client du groupe Butagaz.

Découvrez notre offre biopropane

Chalet-refuge de Beauregard : le confort au naturel

Le chalet-refuge de Beauregard bénéficie d’une implantation exceptionnelle à 1 300 m d’altitude dans une vallée préservée de Haute-Savoie à une heure de Chamonix. Ce qui fut à l’origine une habitation d’été pour les paysans montés de la vallée pour récolter les foins d’alpage, est aujourd’hui un écogite conjuguant les technologies et les énergies pour assurer le confort des résidents et vacanciers qui viennent été comme hiver se ressourcer dans ce site préservé. Éric Augustoni, propriétaire passionné  de montagne et doté d’une solide formation scientifique, a fait d’un projet de rénovation le moteur de sa nouvelle vie professionnelle.

C’est en 2019 que Éric Augustoni, ingénieur de l’industrie automobile en reconversion professionnelle, identifie le potentiel de cette habitation isolée et s’en rend acquéreur. Si le site offre toute la tranquillité souhaitée pour exercer son nouveau métier - l’organisation de séjours bien-être dont des semaines de retraite autour de la pratique du jeûne - il est hors des réseaux urbains d’approvisionnement d’eau ou d’énergie. Une gageure à relever qui se double d’un accès limité à la marche à pied sur 1,5 kilomètres durant la saison hivernale ! 

En avril 2020 les travaux démarrent pour faire naître un écogite de 7 chambres d’hôte confortables avec 9 salles de bains privatives équipées de douches, deux cuisines dont une collective et de nombreuses installations de bien-être dont un sauna et un jacuzzi extérieur. En sus des aménagements intérieurs et des travaux d’isolation, le programme de rénovation prévoit la création d’une centrale de production d’électricité solaire capable de générer 30 kWh par jour, la mise sous pression d’une source d’eau potabilisée par ultraviolets et l’installation d’une chaudière murale gaz de 35 KW en capacité d’assurer le chauffage du bâtiment et la production d’eau chaude sanitaire. « Les précédents propriétaires se chauffaient exclusivement avec les deux cheminées et utilisait 45 stères de bois sur l’année » expose Éric Augustoni. 

« En remplaçant le chauffage au bois par une chaudière gaz à condensation, nous avons gagné en performance et en simplicité : le nouveau système nous permet de maîtriser la température au degré près et nous disposons instantanément de l eau chaude sanitaire via un ballon de 500 litres. Mais nous avons surtout privilégié une solution plus respectueuse de l’environnement puisque Butagaz nous fournit du biogaz pour 20 % et le reste fait l’objet d’une compensation carbone. Même si la solution est économiquement plus performante, elle s’inscrit avant tout dans la logique de notre label Écogîte ! »

Soucieux de préserver ce site exceptionnel, Éric Augustoni a veillé à la discrétion des installations assurant l’autonomie du chalet. Ainsi 42 panneaux photovoltaïques ont été disséminés hors de vue dans les 11 hectares de la propriété et les 3 citernes de stockage de gaz - d’une capacité de 2 tonnes chacune - ont été enterrées à l’arrière du chalet ! Leur remplissage est assuré durant l’été par camion. « D’après nos calculs nous devrions consommer un peu plus de 4 tonnes de gaz par an. Depuis notre ouverture début août 2021 à ce jour (cf. mai 2022) nous avons consommé un peu plus de 2 tonnes de gaz, nous sommes donc plus performants que prévu ! Mais il faut toujours tenir compte de notre situation : on ne peut pas présager du climat et des saisons en altitude ! » expose Éric Augustoni.

« Parmi les avantages du gaz il y a aussi le faible impact de la combustion. Auparavant, avec le chauffage par les cheminées, l’air ambiant, dans et autour du chalet, était saturé des émanations de la combustion. Aujourd’hui on peut rester tranquillement sur la terrasse à admirer le paysage alors que le tuyau d’évacuation des gaz brulés par la chaudière est à proximité !  Désormais nous n’utilisons les cheminées que pour des flambées occasionnelles afin d’égayer des veillées chaleureuses. »

Le groupe développe également des propositions alternatives avec les Granulés de Bob (pellets), le photovoltaïque et des contrats d’électricité verte pour les particuliers et professionnels. 

Les Granulés de Bob, une source d’énergie renouvelable

En 2017, le groupe Butagaz a lancé les “Granulés de Bob”, une énergie renouvelable issue de la transformation du bois. Une offre aujourd’hui reconnue sur le marché qui conforte son positionnement de multi-énergéticien et qui constitue pour les clients, particuliers et professionnels, un levier pour optimiser leur facture énergétique, à l’heure où les prix du gaz et de l’électricité s’envolent.

« Fin 2017, nous étions les seuls à proposer conjointement aux particuliers du gaz naturel, du butane, du propane, de l’électricité et des granulés de bois », se rappelle David Monserand qui gère la Business Unit granulés. Une offre complète montée en seulement 4 mois, aujourd’hui portée par 14 personnes chez Butagaz et Logigaz. 

Les granulés de bois, aussi appelés pellets, sont un coproduit issu de la transformation du bois. Les sciures et plaquettes – auparavant inutilisées – sont triées, séchées puis compressées pour être transformées en granulés. La qualité de cette matière de seconde génération est garantie par des certifications de référence(1). Le groupe Butagaz dépasse l’exigence des critères établis par ces standards.

« On demande à nos partenaires producteurs d’être les meilleurs sur le taux de cendre, le taux d’humidité et le pouvoir calorifique des pellets. Nous contrôlons régulièrement cette qualité par des tests et des analyses sur des échantillons de production », souligne David Monserand. Outre  la qualité intrinsèque du produit, les clients sont également sensibles  à son prix, à son caractère renouvelable  et à sa provenance. Le groupe Butagaz a construit sa filière d’approvisionnement en nouant des partenariats avec 7 producteurs en France, en Espagne et en Belgique. « Nous sommes obligés d’aller chercher des ressources hors du pays pour satisfaire nos exigences de qualité et garantir une sécurité d’approvisionnement. Néanmoins, nous avons quadrillé notre sourcing pour optimiser le nombre de kilomètres à parcourir entre les points de vente lors du transport et de la livraison. Grâce aux usines belges implantées à proximité de la frontière, on dessert notamment un fort bassin de consommation dans le Nord de la France. L’enjeu à court et moyen terme est de garantir la disponibilité du produit dans un contexte de forte demande », explique David Monserand.

En 2021, la consommation nationale s’est accrue de 21 % et l’installation de poêles a enregistré une progression de 40 %(2). Une évolution favorisée par le dispositif MaPrimeRénov’ qui incite à la conversion des chauffages fioul ou gaz vers des pellets. « Les aides auxquelles peuvent prétendre les particuliers sont importantes. L’État compte en effet sur cette énergie pour atteindre ses objectifs en matière de décarbonation », note David Monserand. 80 % des consommateurs utilisent les pellets comme mode de chauffage principal et non comme un complément. « Les gens diminuent leur usage de gaz, d’électricité  et de fioul pour se tourner vers d’autres énergies plus compétitives ». S’ils restent pour l’heure moins chers à l’achat, les pellets sont aussi source d’économie d’énergie et de confort. « Plus le granulé est qualitatif, mieux il brûle et meilleur est son pouvoir calorifique. Cette performance entraîne mécaniquement une baisse de la consommation du combustible en volume », ajoute David Monserand. Au-delà des économies potentielles, les particuliers sont également attachés à la qualité de service. 

« Actuellement, le taux de satisfaction des clients s’élève à 97 %(3).  En termes de notoriété assistée, Butagaz figure parmi les 3 premiers fournisseurs, signe que notre offre est reconnue sur le marché. On cherche toujours à être au plus près des besoins de nos clients, que ce soit en termes de conditions particulières de livraison à domicile, de problèmes de combustion, etc. Cultiver cette proximité et cette excellence opérationnelle est essentiel », conclut David Monserand.

Le photovoltaïque, une alternative 

Depuis le mois de mai 2021, un cap a été franchi avec l’intégration au groupe Butagaz de deux entreprises régionales, Solewa et Soltea– implantées dans l’Ouest et le Sud-Ouest – expertes dans la conception, l’installation et la maintenance de centrales photovoltaïques.

" L'amélioration continue de notre performance globale est une valeur essentielle de notre entreprise"

Témoignage d'Emmanuel Pousset, directeur de Solewa, filiale du groupe Butagaz

Une solution photovoltaïque signée Soltéa pour l’écoquartier du Séqué de Bayonne

C’est à la demande de l’agence basque de Bouygues Immobilier que les équipes Soltéa - filiale du groupe Butagaz spécialisée dans les installations photovoltaïques - ont équipé les 174 logements (dont 37 maisons individuelles) d’une résidence labellisée BEPOS Effinergie®(4) de panneaux photovoltaïques. Cette réalisation exemplaire est née de la volonté de l’équipe du constructeur de réussir un projet exemplaire et d’un partenariat de plusieurs années entre les entreprises. 

Tout a débuté avec un appel d’offre de la ville de Bayonne pour aménager le dernier terrain de l’écoquartier du Séqué, situé à 5 minutes du cœur de ville de Bayonne » explique Madame Sylvie Esnault, manager de projets au sein de l’agence Bouygues immobilier Côte basque. « Notre idée était de dépasser le cahier des charges en visant les labels les plus exigeants et d’adopter une démarche durable exemplaire de bout en bout du projet. C’est sur cet engagement que nous avons remporté la confiance de l’équipe municipale ! ».

Les équipes de Bouygues et de Soltéa ont un solide passé commun en matière de construction durable : ensemble elles ont été lauréates des Pyramides d’Or* pour la réalisation du programme Odyssée à Anglet en 2016, premier bâtiment d’habitation à obtenir le label Bepos Effinergie® en France. C’est donc tout naturellement que la collaboration s’est nouée dès la réponse à l’appel d’offres. En effet, Soltéa a validé la faisabilité des préconisations du DCE établi par le bureau d’études thermiques, sécurisant ainsi en amont les phases chantier et exploitation. Par exemple, les panneaux installés sur les toits d’immeubles ont été fixés dans des bacs auto-lestés pour éliminer tout risque d’infiltration dans les membranes d’étanchéité qui recouvrent les toitures.

C’est une installation d’envergure qui est déployée : entre les 37 villas privatives et les 4 bâtiments collectifs ce sont 1 169 m2 de panneaux photovoltaïques qui ont été installés. Pour les villas, la production électrique est destinée principalement à l’autoconsommation, le surplus étant commercialisé auprès d’EDF Obligation d’Achat. Pour les bâtiments collectifs, l’ensemble de l’électricité produite est réinjecté au réseau et consommé localement. 

Le produit de la revente d’énergie à EDF OA permet d’alléger les charges de copropriété, alors que les économies attendues pour les propriétaires des maisons individuelles sont de l’ordre de 500 € annuels, tenant compte des gains sur la facture d’énergie et de la revente d’électricité. Au final ce sont 13 tonnes de CO2 qui sont évitées chaque année soit l’équivalent de 2 tours de la Terre en voiture ou de  4 allers/retours Paris New-York en avion.

« La performance énergétique représente un surcoût pour les projets que nous menons, mais ne constitue pas encore un argument de vente à proprement parler » estime Mme Sylvie Esnault. « Néanmoins, nous attachons une grande importance à accompagner nos clients pour utiliser et profiter pleinement des installations car nous savons que la dimension environnementale est un enjeu majeur pour l’habitat de demain. C’est pourquoi nous avons pris de nombreuses initiatives comme  la mise en place de clôtures végétalisées pour encourager la biodiversité, la création de bassins de rétention d’eau à l’air libre, la mise à disposition de 2 bornes IRVE sur la résidence ou l’aménagement de 4 jardins potagers partagés avec des composteurs et récupérateurs d’eau de pluie associés... et même des ateliers de jardinage pour initier les résidents à la permaculture ! ». Au titre de l’accompagnement des nouveaux habitants, Soltéa est également intervenu auprès du syndic des logements collectifs et des propriétaires de maisons individuelles pour les aider dans leurs démarches d’abonnement auprès des services d’EDF OA. 

Enfin, un suivi de la production d’électricité verte injectée au réseau - via télétransmission - permet aux équipes de Soltéa de surveiller les installations et d’intervenir en temps réel en cas de dysfonctionnement.

Sylvie Esnault, manager de projet au sein de l'agence Bouygues Immobilier Côte Basque

La transition énergétique

Dans l’optique de « consommer moins et mieux », le groupe Butagaz partage les “Éco-gestes de Bob” et propose à ses clients des dispositifs favorisant une consommation responsable et durable : remplacement de chaudières énergivores, installation de panneaux photovoltaïques, rénovation thermique, neutralisation et remplacement de cuves à fioul. 

Par ailleurs, le groupe Butagaz s'engage à jouer un rôle actif dans la transition énergétique de proximité et à la mettre à la portée de tous, avec sa Fondation.

En savoir plus sur notre Fondation

Synasav et Butagaz : un partenariat irremplaçable !

Depuis 1966, le Synasav - Comité national de la maintenance et des services en efficacité énergétique - fédère les professionnels de la maintenance de l’ensemble des équipements de chauffage, climatisation, ventilation, traitement de l’air et de production d’eau chaude sanitaire pour tous types d’habitats. Roland Bouquet, président en exercice, mais aussi dirigeant d’une entreprise de 40 personnes sur Lyon et sa région, explique l’importance des partenariats conduits avec Butagaz pour supporter les efforts de toute une profession engagée dans la transition énergétique au quotidien.

Comment les professionnels de la maintenance se retrouvent-ils acteurs de la transition énergétique ?

« Notre métier nous positionne au cœur de la transition énergétique à plusieurs titres. D’abord, nous assurons la maintenance des installations de nos clients pour leur garantir une sécurité de fonctionnement et un rendement optimum. Une étude de l’ADEME a démontré qu’une chaudière bien entretenue consomme entre 8 et 12 % de gaz en moins qu’un appareillage mal réglé. Au-delà des économies budgétaires que réalisent nos clients, c’est aussi une préservation de la ressource énergétique significative car les adhérents du Synasav entretiennent chaque année 12 millions d’appareils de tous types dont 6 millions sous contrat d’entretien ! 

Nous contribuons également à prolonger la durée de vie des installations, ce qui a un impact direct sur le volume de déchets ou les consommations de matières premières des filières industrielles avec lesquelles nous travaillons. Enfin, la maintenance c’est aussi le remplacement des appareils en fin de vie par des solutions plus efficientes, adaptées aux enjeux d’aujourd’hui. C’est ainsi que nous remplaçons les vieilles chaudières fioul par des chaudières gaz à condensation ou des pompes à chaleur hybrides gaz. »

Arrêtons-nous un instant sur ce sujet du remplacement des chaudières. Un nouveau décret va t-il prochainement changer les habitudes en la matière ?

« Effectivement, depuis le 1er juillet 2022 il est interdit d’installer des chaudières fonctionnant au fioul traditionnel. Nous allons donc privilégier dorénavant des technologies plus vertueuses dont les chaudières gaz très haute performance énergétique et les pompes à chaleur hybrides pour les projets de rénovation. L’intérêt de combiner les technologies est de pouvoir cumuler les avantages de chacune. Pour l’eau chaude sanitaire par exemple, le gaz reste un atout majeur pour assurer  une montée rapide en température. Pour des projets de rénovation ces installations peuvent bénéficier d’aides de l’état comme MaPrimRenv’ ou les Certificats d’Économie d’Énergie ; pour certaines tranches de clientèles c’est parfois la solution pour sortir d’une situation de précarité énergétique !Notre partenariat avec Butagaz sera essentiel durant cette période, car dans certains cas le remplacement des chaudières fioul va s’accompagner de la neutralisation ou de la suppression de cuves de stockage de fioul, conformément aux obligations imposées par l’article 28 de l’arrêté du 24 juillet 2004. Grâce aux packs proposés par Butagaz, nos adhérents pourront proposer à leurs clients une neutralisation ou un retrait de leur ancienne cuve et obtenir un certificat de conformité par un simple appel au service clients. Des spécialistes gèrent entièrement le processus ! »

Quel sont les rôles joués par Butagaz auprès des adhérents du Synasav ?

« Butagaz n’est pas un partenaire exclusif, car nous travaillons avec tous les industriels impliqués dans notre filière, mais 80 % des matériaux dont nous assurons la maintenance sont des chaudière gaz, c’est donc une technologie centrale dans le quotidien de nos adhérents. 

Du fait de son expérience, Butagaz est un interlocuteur historique de notre organisation. Notre collaboration touche plusieurs niveaux : d’abord les équipes de Butagaz nous accompagnent dans notre mission de conseil auprès des usagers. Dans chaque région des experts Butagaz sont au service des entreprises pour faciliter leur travail : par des opérations de communication communes, par le suivi administratif des dossiers de subvention comme MaPrimRénov’ qu’ils gèrent de bout en bout. Dans la même logique, en tant qu’énergéticien Butagaz a l’obligation de faire faire des économies d’énergie à ceux qui en consomment via le dispositif des Certificats d’Économie d’Énergie. Nos interlocuteurs Butagaz gèrent complètement le sujet pour le compte de nos adhérents. C’est un gain de temps important pour nos entreprises qui peuvent passer ainsi plus de temps à conseiller leurs clients qu’à suivre des démarches administratives ! »

Comment conjuguez-vous vos expertises au service de la transition énergétique ?

« Les relations se font au quotidien dans le cadre de notre activité, mais nous pouvons également bénéficier  de l’expertise de l’entreprise pour améliorer nos propres compétences. Lorsque Butagaz invite des entreprises à venir visiter une installation de fabrication locale de biogaz, c’est aussi une incitation à la promotion de la transition énergétique. Nous sommes un peu les “médecins de famille” des installations de nos clients, ils nous connaissent, nous les rencontrons année après année. 

Au final ils nous accordent leur confiance et nous devons être à la hauteur de leurs attentes. Parler des gaz 100 % bio - sujet qui monte naturellement dans les conversations depuis 4/5 ans - nécessite d’avoir les bons mots, la bonne compréhension de la technique pour les partager avec nos interlocuteurs. C’est aussi là que se joue l’adhésion des consommateurs ! »

L'empreinte carbone

Le calcul de l’empreinte carbone se fait dans une approche “Cycle de Vie”, qui inclut à la fois les impacts indirects liés aux intrants, les consommations d’énergie de sa propre organisation et les rejets induits par la consommation.

LE SAVIEZ-VOUS ? 

Le groupe Butagaz s'engage pour une réduction de 20% de son empreinte carbone directe d'ici 2024. Des actions de réduction sont déjà en cours pour atteindre cet objectif: passage à l'électricité verte, audits énergétiques, sensibilisation des collaborateurs aux comportements éco-responsables, etc.

La compensation carbone

En 2021, Butagaz a compensé le CO2 émis par le chauffage gaz de ses clients particuliers et le cycle de vie de ses bouteilles de gaz. Cela a représenté 700 324 tonnes de CO2 compensées par le soutien de projets à impacts positifs, de réduction ou de capture du carbone, partout dans le monde.

Dans le cadre de son partenariat avec la Fédération Française de Handball, Butagaz compense également les émissions de CO2 générées par les déplacements en avion des équipes de France.

En savoir plus sur la compensation carbone

La protection de l’environnement

  • Le transport et la logistique

    Dans ses activités de transport et logistique, le groupe favorise le remplacement de ses flottes par des véhicules hybrides ou accompagne ses prestataires dans le choix de véhicules “propres” (camions roulant au gaz naturel notamment). Par ailleurs, un programme de formation à l'éco-conduite a été initié et touchera à terme toutes les entités du groupe et partenaires.

  • La gestion des déchets

    Une équipe dédiée a été constituée pour dresser une cartographie des déchets visant à définir les conditions d’une diminution des volumes et la mise en place de filières de valorisation locales.

  • Le plan de conversion des sites industriels

    Le groupe a initié un plan de conversion de ses sites en développant un programme de remplacement des chaudière fioul et le passage à l'électricité verte de l'ensemble de ses installations.

Découvrez d'autres témoignages

Témoignage d'Alexandra Caix, cliente granulés de bois

Depuis 2017, le groupe Butagaz propose des granulés de bois, une énergie de chauffage économique, souple et respectueuse de l’environnement. Les granulés sont fabriqués à partir de sciure d’arbres résineux issus des forêts ardennaises, landaises et auvergnates. Ils assurent un meilleur rendement comme en témoigne leur certification DIN Plus, gage de leur haut pouvoir calorifique (4,9 kWh/kg). Ils s’utilisent dans des appareils de chauffage spécifiquement conçus pour leur combustion (poêles ou chaudières à granulés).

Le groupe Butagaz offre la possibilité d’une livraison d’une palette à domicile en deux fois, au plus près du lieu de stockage, un paiement en 3 fois sans frais et le choix entre deux tailles de sacs (8 ou 15 kg de granulés) afin de simplifier la vie de ses clients. La consommation de granulés de bois sur l’année se calcule en fonction de la consommation par jour. En moyenne, ce sont 2 tonnes utilisées par foyer sur l’année, soit environ 2 palettes de granulés de bois en sacs de 8 kg. Butagaz propose à tous ses clients de participer à la protection de notre planète en recyclant les emballages des sacs et les palettes. Ils sont récupérés gratuitement chez les clients lors de la livraison suivante pour leur donner une seconde vie.

Cliente depuis 2017, Alexandra Caix a opté pour les granulés de bois en remplacement d’une vieille chaudière au fioul. « Cette solution nous permet de chauffer toute la maison d’octobre à avril et une palette nous suffit pour l’hiver. » Alexandra ajoute que son choix a été aussi guidé par des délais de livraison raisonnables et un prix abordable que Butagaz propose de lisser en un paiement en trois fois. Mais sa principale motivation pour cette énergie repose sur sa contribution environnementale : « Choisir les Granulés de Bob, c’est choisir de ne pas déforester et respecter la biodiversité car les granulés sont issus de déchets de scieries. »

Témoignages de Fabrice Lamotte et Fabrice Karolczack, de la société Oissel Transports

Butagaz favorise l’usage de camions au GNL (Gaz Naturel Liquide) ou GNC (Gaz Naturel Comprimé) par ses partenaires transporteurs pour diminuer l’empreinte carbone de ses activités. Ce carburant impose de nouvelles habitudes de conduite et se révèle particulièrement adapté pour la circulation en milieu urbain. Un chauffeur et un formateur de la société Oissel Transport, qui a inclus un camion GNC dans sa flotte en 2019, apportent leurs témoignages de professionnels de la route.

Avec des réglementations qui ne cessent de se durcir, notamment pour les livraisons en centre-ville, les transporteurs routiers sont de plus en plus nombreux à étudier l’option de camions roulant au gaz à la place du diesel pour le renouvellement de leur flotte. C’est notamment une alternative étudiée très attentivement depuis l’apparition des “Zones FE” (zones à Faible Émission) – introduites par la Loi d’Orientation des Mobilités, dite loi LOM, datant du 24 décembre 2019 – qui imposent des restrictions de circulation dans les principales métropoles urbaines. Prestataire de Butagaz pour le transport de bouteilles, la livraison de gaz en citerne pour les particuliers ou les professionnels et la logistique entre usines et dépôts du Groupe, la société Oissel transport dispose d’un camion GNC (Gaz Naturel Comprimé) conduit par Fabrice Lamotte, chauffeur habilité matières dangereuses depuis 1987. « Il n’y a pas d’appréhension particulière à conduire un camion roulant au gaz, comme tous mes collègues qui travaillent pour Butagaz, je connais très bien les caractéristiques du gaz et je suis habitué à respecter des procédures de sécurité », précise avec un sourire Fabrice. « C’est à la pompe qu’on apprécie d’abord le changement de carburant. Il n’y a pas d’odeur désagréable et de risque de glisser sur une flaque lorsqu’on fait le plein comme lorsqu’on remplit les réservoirs avec du diesel. La conduite change également car le moteur demande à rester plus haut dans les tours pour être performant. Au début, on ne s’en rend pas vraiment compte car le moteur est moins bruyant, cela demande de conduire un peu plus “aux cadrans” en vérifiant visuellement sur le compte-tours. Mais la diminution du bruit est un vrai avantage. En fin de journée, on ressent vraiment la différence ! »

La diminution de la nuisance sonore est un des avantages unanimement reconnus par les chauffeurs mais aussi par les riverains des zones de livraison. En ville, lors des arrêts aux feux tricolores par exemple, l’absence d’émanation et le silence de fonctionnement du moteur diminuent l’impact des nuisances sur les passants et autres usagers de la route. Fabrice Karolczack, formateur et conseiller à la sécurité pour le transport des matières dangereuses pour Oissel Transport, complète ce point de vue. « En termes de formation, nous aidons les chauffeurs à adopter de nouveaux repères car le régime moteur idéal se situe plus haut que sur un diesel. Ils doivent donc avoir une conduite plus anticipative, notamment dans les passages des carrefours, pour toujours respecter les règles de sécurité tout en maintenant un niveau de consommation optimal. L’acclimatation n’est pas très difficile car tous nos conducteurs sont certifiés suivant les règles de l’ADR (Accord pour le transport des marchandises Dangereuses par la Route) et donc très matures sur le sujet de la sécurité. De mon point de vue, le gaz est un carburant intéressant pour la distribution en zone urbaine, mais son avenir est conditionné par le nombre de stations-services qui vont s’équiper de pompes adaptées. »

"Aujourd'hui 100% de notre mix énergétique est couvert par de l'énergie verte intelligente"

Témoignage de Loïc Hervé, directeur général de Perial Asset Management, partenaire du groupe Butagaz.

"Nous travaillons étroitement avec les collectivités locales pour réduire notre empreinte environnementale"

Témoignage d’Olivia Scaïa, responsable QHSE chez Perrenot, partenaire transport de Butagaz

Découvrez les 3 autres piliers RSE

Notre rapport RSE

(1) Ces certifications, dont la certification Din Plus sur laquelle est basée la sélection des Granulés de Bob, assurent que les granulés respectent des normes de fabrication strictes (taux d’humidité, taux de cendres, densité, durabilité mécanique, pouvoir calorifique). Ils sont contrôlés tout au long du processus de fabrication, depuis l’approvisionnement en matières première à la confection proprement dite.
(2) 210 000 appareils posés en 2021 contre 150 000 en 2020.
(3) Taux de satisfaction des clients de moins de 6 mois (Étude BVA sur 500 répondants en mars 2022).
(4) Créé par la FPI, Fédération des Promoteurs Immobiliers, le concours des Pyramides récompense des programmes immobiliers exemplaires en matière d’innovation, de développement durable et de savoir-faire dans les programmes de logements neufs et d’immobilier tertiaire.